Connectez-vous avec Google Connectez-vous avec Twitter Connectez-vous avec Facebook
   
 

Pas encore inscrit ? S'inscrire

FranceTvEducation
Derniers commentaires Humano Bio Je me sens bête, mais je ne comprends pas ce jeu... Cité romaine dommage quand peut pas sauvegarder Le Grand Atlas ça prend du temps à charger
Derniers commentaires Tutoriel Word : insérer une vidéo bonsoir j'ai inséré un lien vidéo dans un document Word mais je n'arrive pas à l Des milliers de candidats pour partir définitivement sur Mars je voudrais bien, sa serais magnifique... L'Homme simplifié La simplification de l'homme est voulu et décidée, non par des machines mais par
Dernières thématiques Elections municipales 2014 Les élections municipales se dérouleront les dimanches 23 et 30 mars 2014... La Première Guerre mondiale : 1914-1918 A l'occasion des cérémonies commémoratives de l'armistice du 11 novembre 1918, Lesite.tv... Les grands courants picturaux du 15ème siècle à aujourd'hui Lesite.tv propose de retracer, à travers une sélection pédagogique de vidéos, la...
Fermer
Partager sur Facebook Twitter Google+
(0 votes) 1 2 3 4 5
Mis à jour le 12/12/2012 à 02:42 | publié le 11/08/2006 à 04:59

Français et étymologie

À l’heure actuelle, les élèves peuvent débuter l’étude du latin en cinquième et celle du grec en troisième. Quasiment tous les collèges proposent au moins l’option latin mais sont souvent obligés de la supprimer, faute d’un nombre de candidats suffisants. Si celle-ci attire environ 150000 collégiens en cinquième, ils ne sont plus que 14000 en terminale, alors qu’elle est souvent bien notée aux épreuves du bac, contrairement à d’autres options. Pourquoi une telle désaffection pour le latin et le grec? Leur étude présente pourtant des avantages non négligeables.

 

Le français comporte une majorité de mots issus du latin (environ 80 % du vocabulaire) et du grec. Travailler les langues « mortes » permet donc de comprendre la formation des mots, de saisir leur sens, d’éviter beaucoup de fautes d’orthographe. Pour prendre un exemple simple, « cheval » se dit « hippos » en grec et « equus » – (equi au pluriel) en latin: on retrouve ces racines dans hippisme, hippodrome, hippocampe ou équitation, équidés… À ne pas confondre avec « aequus » qui signifie « égal » et qui est présent dans équidistance, équilatéral, équateur…

Et si les déclinaisons sont absentes de notre grammaire, leur apprentissage développe des aptitudes à l’analyse et à la synthèse. En latin ou en grec, impossible de traduire ou même de comprendre une phrase sans connaître la nature et la fonction du mot. Finalement, la grammaire française se maîtrise peu à peu, s’assimile en profondeur, à travers les thèmes et les versions « antiques ». En effet, pour reconnaître les sujets, compléments d’objet, de lieu, de manière… il faut pouvoir identifier et appliquer la déclinaison adéquate puisqu’à chaque fonction correspond un cas.

Ainsi, par le biais des comparaisons et précisions imposées par les exercices de traduction, les élèves se familiarisent encore mieux avec leur langue maternelle.

© APIP - LA LETTRE DES PARENTS
Partager sur Facebook Twitter Google+
(0 votes) 1 2 3 4 5

Réagissez à ce contenu